Accueil arrow Récits arrow Samedi et dimanche 17 et 18 juin 2017 – Course au Rosenlauï

Membres






Mot de passe oublié ?
Pour devenir membre du site, un mail au Webmaster avec vos coordonnées (nom, prénom, adresse et numéro de membre).
Samedi et dimanche 17 et 18 juin 2017 – Course au Rosenlauï Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Gilberte Lina Gerber   
27-06-2017
Organisateur : François HUMBERT, remplacé par Gilberte GERBER
Participants : Reymond et Jacqueline GEISER, Jocelyne KOHLI, Gilberte GERBER et Roger BIDDLE.
Le groupe se retrouve à 10h à la station du funiculaire qui va nous amener en 10 minutes en haut des chutes de Reichenbach hautes de 100 mètres. Ce lieu est marqué par la scène tragique où Sherlock Holmes perdit la vie en 1891.

Le chemin est très agréable et traverse alternativement des bois et de riches prairies ;

le dernier tronçon emprunte quelques fois la route où nous rencontrons cyclistes et cars postaux. Avec la chaleur estivale qui règne aujourd’hui, nous apprécions l’ombre de la forêt pour pique-niquer.

Après la pause, nous nous dirigeons vers l’entrée des Gorges du Rosenlauï où on nous demande Fr. 8.00 d’entrée (AVS Fr. 7.00). Cette contribution est justifiée par les gros travaux qui ont été entrepris pour sécuriser l’endroit.

La visite des gorges ne se fait qu’à la montée et débute par une impressionnante chute d’eau (débit de 2 à 6 m 3 /sec.) La puissance et l’impétuosité de cette eau qui se précipite dans les profondeurs suscitent notre émerveillement. Le parcours nous permet de découvrir du schiste friable rejoignant un solide calcaire, des marmites glacières et des formes de rocher surprenantes dont une tête d’éléphant qui est devenue l’emblème des gorges. A leur hauteur maximale, les parois de rocher atteignent 80 mètres. À regret, nous quittons cette fraîcheur bienfaisante pour entamer la montée. Le sentier grimpe à travers forêts et pâturages. Encore quelques petits pierriers, un névé et nous apercevons la cabane. Un coucou nous a repérés et chante à tue-tête.

À la cabane Engelhorn, l’accueil est chaleureux et la cuisine délicieuse : belle salade verte au souper et tresse faite maison au déjeuner.

Il est temps d’entamer la descente : 1300 mètres de dénivelé en pente douce jusqu’au parking du funiculaire. Un chemin très bien balisé nous permet de rejoindre Kaltenbrunnen Säge, via Grossrychenbach et Hobalm. De là, nous empruntons le même itinéraire que la veille jusqu’à Zwirgit et ensuite le sentier des gorges de Reichenbach truffé de barbe-de- bouc. Notre balade est cadencée par les cloches des vaches et les chants des oiseaux. A l’ombre d’un gros arbre, une brebis allaite ses deux petits ; un rapace plane dans le ciel bleu. Les prairies regorgent de boutons d’or ; un lys martagon se dresse majestueusement à l’écart du chemin et les rhododendrons commencent à rougir les pentes. Que du bonheur !

Gilberte Lina Gerber

21.06.2017






dsc00606_sentier_des_gorges_rosenlaui776

dsc00612_80m_de_profondeur

dsc00602_gorges_rosenlaui776

dsc0061_rosenlaui7769

dsc00620_gorges_rosenlaui776
Dernière mise à jour : ( 27-06-2017 )
 
Suivant >