Le long du Doubs entre Soubey et Saint-Ursanne

Un message sur WhatsApp de Marie-France a suffi pour rameuter une douzaine de clubistes, disposés à profiter du seul jour de beau temps annoncé pour cette semaine et qui tombait sur un jour férié. Nous nous répartissons dans trois voitures, dans la cour du collège de Bellevue et sans histoire nous parvenons à Soubey en un peu plus de 45 minutes. Il ne fait pas très chaud, le temps est idéal pour marcher.

Deux sentiers méconnus dans les côtes du Doubs

En remplacement de la course au Mont Sujet, annulée en raison de la neige recouvrant les ubacs, j'ai proposé une randonnée sur des sentiers peu connus pour descendre au Doubs. Départ à 9 h 30 du Parc des Sports dans deux voitures pour le Cerneux-Godat, (935 m) au nord des Bois. Nous parquons un peu avant ce hameau, dans un croisement et nous nous mettons en marche à 10 heures. Nous empruntons d'abord une petite route en direction des Prailats, mais à la hauteur de la ferme du Bois Banal, nous obliquons à gauche pour descendre aux Prés Derrières, groupe de maisons que nous laissons à notre droite pour parvenir dans une clairière à une superbe ferme ancienne, joliment retapée et entourée d'un champ de jonquilles. (Pas de nom sur la carte, point 829).

Week-end de ski à Château-d’Oex Du 1-3 mars 2019

La météo n’allait pas rendre la tâche facile aux organisateurs. Le vendredi s’annonçait maussade, encore qu’un certain espoir de chausser les lattes était possible quelques jours auparavant. Aucun participant n’osa enfiler son équipement de ski. Entre Les Rodomonts sur Rougemont et la baignade à Charmey, le choix fut tranché sans hésitation au restauroute de la Gruyère. Thermalisme fut à l’honneur.

Randonnée dans le Jura français

Avec un départ assez tardif de la Chaux-de-Fonds, c'est dans la voiture de François Humbert que nous nous décidons pour une des nombreuses possibilités offerte par Visorando en France voisine, à un peu plus d'une heure de trajet. Par Biaufond, nous arrivons assez rapidement à Bonétage où nous nous arrêtons pour acheter des sandwichs. Nous poursuivons notre route et parvenons à Plambois-du-Miroir, où nous laissons la voiture dans un parking au nord du village.

Mont Vélan (3'722m) - 23 et 24 mars 2019

Le samedi, trois équipes sont formées. Les « matinaux », Alain, Olivier et Claude qui quittent Chaux-De-Fonds au petit matin pour monter à la cabane de Valsorey avant de monter à celle du Vélan. Rosanna et Pascal qui nous retrouveront un peu plus tard à la cabane. Et enfin le gros de la troupe (Félix, Irmi, Claire-Lise, Anne-Marie, Christophe, Céline, Valentine, Julien et moi-même) qui se donne rendez-vous à l’Hôtel du Crêt à 11h et boit un café à l’hôtel en attendant les deux retardataires (dont je tairai les noms…).

La méthode de réduction de Munter modernisée grâce au "Big Data"

La méthode classique de réduction a maintenant une héritière: la méthode quantitative de réduction (MQR), qui affiche pour la première fois le risque statistique de déclencher une avalanche. Il est ainsi possible d’inspecter chez soi, au chaud, les pentes avalancheuses. Cela ne dispense pas d’examiner la situation sur place pour prendre une décision responsable.

Sortie Bourg St.-Pierre 26 et 27 janvier 2019

L’équipe se retrouve à l’Hôtel du Crêt à Bourg St.-Pierre, où nous débutons ce weekend par un petit café. Il fait beau, la température est bien remontée, mais demeure encore négative. La course de ce premier jour nous conduit à Crêta de Velle. Au début de la montée, nous franchissons un passage rendu difficile par un éboulement. Nous poursuivons chacun à notre rythme la montée. Les plus entraînés en profitent pour faire une belle descente dans la poudreuse et ils nous rejoignent pour la pause pique-nique, prise à l’abri de la ferme d’alpage de Champlong.

Chasseral avec fondue et sauna Le samedi 5 janvier 2019

« … rendez-vous à 9h45 sur la parking d’Aldi au Locle… » fut le sms
de Marie-France avant notre départ. Evidemment, Le Chasseral n’était
guère disposé à nous recevoir. La neige manquait… comme chaque année
d’ailleurs lors de notre première sortie. Nul doute que les Taillard
avaient plus d’un tour dans leur sac.
Nous étions onze à partager les effusions du Nouvel An. Maurice nous
rejoindrait en route. La surprise nous attendait tous. Avez-vous déjà été
tenté de suivre le fond de vallée qui monte en pente douce le long du Bied